Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

BMW M5 : la dernière pour le plaisir ?

Mar 22/08/2017   —   Un chiffre qui fait réfléchir.
BMW M5BMW M5C'est peu dire que les derniers modèles de BMW n'ont plus grand chose à voir avec ceux qui ont fait la renommée de la marque. Une 530i d'il y a 17 ans, une E39 avec son  6 cylindres 3 litres, n'a plus grand chose à voir avec l'actuelle qui a un 4 cylindres turbo de 2 litres. Et le constructeur de Munich fait aussi des hybrides, des tractions avant, et même des 3 cylindres ! Reste la M5, dont la mission est d'être la plus performante de toutes les familiales. On oubliera alors la traction avant et les petits moteurs. BMW les a oublié, et il a bien fait, mais on ne peut que regretter qu'il ait omis dans ce mouvement beaucoup des spécificités qui faisaient l'exclusivité de la M5. Le modèle a commencé avec une culasse originale, à 4 soupapes par cylindre, et au cours des générations, il a eu jusqu'à un ensemble moteur-boite totalement unique dans la série 5 E60. Un V10 ! Cette époque est révolue. Le moteur de la nouvelle M5 est un dérivé de celui de la 550i. La boite Getrag à double embrayage disparait aussi, remplacée par une version spéciale de la ZF automatique à 8 rapports, et si la grosse différence de cette nouvelle génération est une transmission intégrale, ce n'est pas là non plus une technologie inédite à la M5. Cette transmission est dérivée de l'xDrive déjà bien connu.
BMW M5Cette nouvelle M5 est cependant unique par son toit en fibre de carbone, ses trains roulants et ses freins, et surtout son électronique de gestion. Les suspensions, la direction, les lois de passages des vitesses, la réponse à l'accélérateur, la transmission intégrale, la stabilité de la trajectoire... Tout est piloté par électronique, et tout... Est réglable. Au-delà des 600 ch, constants entre 5600 et 6700 tr/mn, et des 750 Nm de couple, disponibles sur une plage incroyable de 1800 à 5600 tr/mn, c'est assurément par ses possibilités inouïes de réglage que la M5 se distingue.

Bien sûr, on retiendra qu'elle est capable d'accélérer de 0 à 200 km/h en 11,1 secondes et que sa vitesses maximale est de 305 km/h, et il y a un chiffre étonnant : celui de la consommation moyenne. 10,5 l/100 km avec des émissions de CO2 de 241 g/km. Ces chiffres sont choquants, puisqu'ils sont supérieurs à ceux de l'ancienne M5 de 2011. Mais il ne pouvait y avoir de meilleure confirmation de la volonté de BMW de faire de sa nouvelle M5, la nouvelle référence. Tous les nouveaux modèles consomment moins que les anciens. Si BMW a validé une auto qui consomme plus que l'ancienne, c'est qu'elle doit être vraiment meilleure !

Rubrique(s) et mot(s)-clé : BMW ; hautes-performances