Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

La voiture électrique : et si les gens n'en voulaient pas ?

Jeu 04/03/2021   —   Question sérieuse.
Ford Puma STL'avenir appartient à la voiture électrique. Demain, toutes les autos seront électriques. Plusieurs constructeurs ont d'ailleurs déjà annoncé qu'ils arrêteront de vendre des voitures à moteur à combustion interne. Mais, a t-on demandé leur avis aux automobilistes ? C'est quand même assez curieux, mais on parle déjà de cette conversion de la propulsion thermique vers la propulsion électrique, comme si elle était déjà acquise, et absolument inéluctable. La preuve en étant que les véhicules électriques se vendent de mieux en mieux. Sauf que ce n'est pas le cas.

En janvier dernier déjà, il s'était vendu moins d'électriques qu'en janvier 2020. Et rebelote en février. Effet Covid ? Non, puisque même si le marché est en petite forme, la baisse des électriques est bien supérieure à celle du marché (20 403 voitures électriques ont été vendues en France les 2 premiers mois de 2020, ce qui représente une part de marché de 6,8 %, et seulement 14 895 les 2 premiers mois de 2021, soit une part de marché de 5,8 %, donc un point de part de marché perdu). On pensera bien sûr que cette baisse n'est que temporaire, mais elle doit tout de même faire réfléchir. Parce qu'il est respectable de refuser la voiture électrique. L'écologie ne l'impose pas. Un moteur à combustion interne peut fonctionner avec de l'éthanol pur comme on le voit au Brésil, et aussi du biométhane, de l'essence synthétique ou encore de l'hydrogène. Un vieux diesel, genre celui d'une Peugeot 405 ou d'une Renault 21, peut fonctionner avec de l'huile de friture qu'on aura soigneusement filtré, et cela polluera très peu puisque les particules d'huile végétale sont considérablement moins toxiques que celles des huiles minérales.

La voiture électrique sur batterie est probablement la meilleure solution, mais croire qu'elle est la seule est une lourde erreur. On pensera enfin que la voiture électrique, si elle est efficace, ne soulève pas autant l'enthousiasme qu'une bonne essence. Une Ford Puma ST (notre illustration) comme la Fiesta ST est ainsi plus amusante à conduire que n'importe quelle voiture électrique de moins de 50 000 €. Alors désamour soudain, ou lente absorption des voitures neuves immatriculées mais non vendues le dernier mois de l'année (immatriculations tactiques)... On pensera surtout que la victoire de l'électrique n'a encore rien de certain.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : toutes-les-marques ; voiture-electrique ; ecologie