Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Interdiction de 2035 : le moteur à combustion interne à hydrogène continue

Ven 10/06/2022   —   Hip, hip, hip, hourra !
Toyota Corolla de compétition avec moteur à hydrogène“ ... Les véhicules à émission nulle comprennent actuellement les véhicules électriques à batterie, les véhicules à pile combustible et les véhicules fonctionnant à l’hydrogène... ” On a eu peur. Le parlement européen a voté l'interdiction de vente des voitures essence et diesel rejetant du CO2 en 2035, mais il n'a pas voté l'interdiction du moteur thermique. C'est ce qu'explique l'amendement 12 du texte voté par le parlement européen, que nous citons ci-dessus. Ce doit être un immense soulagement pour tous, parce que le tout électrique, s'il est possible, n'est pas simple, ni sans risque. L'hydrogène est une immense opportunité, même si cela sera là aussi au prix d'énormes investissements. Il y a aujourd'hui 157 stations d'hydrogène en Europe, et les 2 seules voitures particulières à hydrogène commercialisées normalement ont une pile à combustible. Toujours avec une pile à combustible, plusieurs utilitaires à hydrogène sont ou seront très bientôt sur le marché, mais l'hydrogène dans un moteur à combustion est encore au point mort.

Pourtant, cela marche. Je le sais, puisqu'il y a 14 ans, j'avais eu le privilège d'essayer une BMW 7 Hydrogen. Cela marchait, malgré que cette voiture avait un énorme défaut : elle était bivalente. Capable de fonctionner aussi bien à l'essence qu'à l'hydrogène. Alors que ce gaz a une vitesse de combustion très différente de celle de l'essence. Quelques motoristes de par le monde (en Allemagne, en Chine, aux Etats-Unis et au Japon) travaillent aujourd'hui à des moteurs à hydrogène monovalents, avec des chambres de combustion optimisées pour l'hydrogène, et leurs résultats sont impressionnants. Cela donne beaucoup de puissance, avec une quantité d'énergie modeste. Les rendements sont excellents ! On espère alors que de tous les ingénieurs motoristes que compte la France, un nombre substantiel trouveront à se recycler avec l'hydrogène. En même temps que cela apportera une bienheureuse diversification, en évitant de tout miser sur l'électrique.


Laurent J. Masson

Illustration, une Toyota Corolla de compétition avec moteur à hydrogène.



Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; hydrogene-combustion-interne ; politique-transport_Europe