Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

21 années d'expériences pour vous informer.

Essai Venturi Astrolab, sous le soleil, une championne de légèreté et d'efficience

Venturi AstrolabC'est bizarre, tout le monde me regarde. Ai-je été métamorphosé en vedette de cinéma ? Non, c'est parce que je conduis une Venturi Astrolab. Je suis pourtant à Monaco, un endroit où personne ne se retourne sur une Ferrari, mais l'Astrolab... C'est autre chose. L'auto capte aussi bien le soleil que l'attention. Je n'hésite pas à écrire que ce fut un grand moment, que celui passé au volant de cette auto. D'autant plus grand qu'il n'a pas été partagé. Aucun autre journaliste n'a jamais conduit la Venturi Astrolab. Ceci est un essai exclusif, j'en remercie chaleureusement le constructeur, mais il est plus important de le féliciter pour avoir construit cette auto.

Venturi AstrolabOn me demande régulièrement si je pense que les voitures hybrides sont les autos de l'avenir, et je répond toujours par la négative. Parce que lorsque je regarde une Toyota Prius, je vois un réservoir conçu pour stocker un hydrocarbure fossile, et un moteur à combustion dans lequel un dispositif électronique va mettre le feu à cet hydrocarbure. Est-ce cela l'avenir ? Une voiture solaire, ou électro-solaire comme celle-ci, est tout à l'opposé. On peine à trouver quelque chose de plus futuriste, ou tout simplement de plus excitant. Si excitant qu'on lui pardonnera bien des choses.

Venturi AstrolabLa difficulté de s'installer à bord, par exemple. La position de conduite centrale est idéale, mais pour la rejoindre, il faut passer par dessus les cellules photovoltaïques du côté. Sans bien sûr marcher dessus. Venturi a trouvé le truc d'une petite plaque de métal, qui se pose par dessus, et qui fait reposer le poids de la personne sur le rebord de la carrosserie, et l'arceau qui ceinture l'ouverture centrale. C'est une solution. On s'asseoit sur cette petite plaque un peu comme sur un tabouret de bar, on lève les jambes bien haut, et on pivote tout le corps pour se glisser à bord. C'est plus difficile de sortir, on a moins de place pour manœuvrer les jambes.

Venturi AstrolabIl faudrait optimiser un peu cela, peut-être avec un siège qui se lèverait de 30 cm, mais à la reflexion, ce n'est pas plus difficile que de monter, pardon, de descendre à bord d'une voiture hyper basse, comme une Lamborghini Miura. Et comme on pardonne tout à une Miura, parce qu'elle est une œuvre d'art, on pardonne à l'Astrolab, parce que si elle est comme elle est, c'est parce qu'elle aime le soleil, et que moi aussi, j'aime le soleil. Une bonne surprise étant qu'ensuite, l'intérieur est spacieux. On est plus serré à bord d'une Formule 1 que dans un cercueil, mais on est très à l'aise dans cette Venturi.

Venturi AstrolabOn peut écarter les coudes et les genoux, il n'y a aucun rapport avec une monoplace de compétition. Ce qui fait s'interroger sur le pourquoi des choses, et c'est en fait pour garantir une bonne répartition des masses que le constructeur a choisi cette architecture. Presqu'entièrement faite de carbone, avec des éléments en aluminium pour les faces avant et arrière, la voiture complète, batteries incluses (110 km d'autonomie), pèse moins de 300 kg ! C'est si léger qu'avec un conducteur de 100 kg seul à bord, et dont tout le poids serait d'un seul côté, l'auto pourrait s'en trouver déséquilibrée. Je me suis donc assis au centre, avec la sensation renouvelée qu'il n'y avait là rien de commun avec une voiture de course.

Venturi AstrolabMes lointains souvenirs de quelques tours en Formule Renault restent où ils sont, je me sentais plutôt comme si j'avais passé ma tête par une lucarne et que je me trouvais sous un toit. La voiture est toute autour de moi, et elle est toute plate. Lisse. Cette sensation est inédite. Elle n'est pas automobile. Un temps pour l'apprécier, et quand j'ai mis le contact, comme sur toute voiture électrique, il ne s'est rien passé. Ni bruit, ni vibration. Rien. Dés le frein à main levé cependant, j'ai retrouvé les sensations d'une auto normale, des sensations très concrètes, puisqu'il n'y a aucune assistance. Pas plus pour la direction que pour le freinage, et cela veut dire que si je les dose mal, je ne pourrais m'en prendre qu'à moi-même.

Venturi AstrolabDémarrage, et plutôt de dire que cela a roulé, il serait plus adéquat d'écrire que cela a glissé. Le moteur électrique ne faisait aucun bruit, cette route au revêtement parfait ne produisait aucune secousse, et avec juste ma tête qui émergeait de cette carrosserie plate, j'ai réellement apprécié les commandes directes. Simplement pour me rappeler que j'étais bien à bord d'une automobile ! Mais prendre un peu de vitesse me l'a tout de suite confirmé. J'ai apprécié de porter des lunettes ! Ce serait une idée plus noble que la multiplication des radars pour réduire les vitesses de circulation : supprimer les parebrises. Il y a un petit saute-vent, mais son efficacité est limitée. Il faudra trouver autre chose si on veut que l'auto soit utilisable sur quelque distance, ou par temps froid.

Venturi AstrolabA la limite, des lunettes d'aviateur (des goggles) pourraient aller, mais il faut accepter leur look rétro sur une auto au look aussi futuriste. Le casque intégral irait mieux, mais on perdrait toute possibilité de converser avec son passager. On rêve alors d'une bulle comme celle des anciens avions de chasse, et on n'arrêtera pas d'en rêver parce que cette voiture est vraiment convaincante. Il est très agréable de rouler avec, on s'y sent un peu comme un sur un tapis volant. A son bord, c'est comme dans un cocon. On a juste la tête qui émerge, et on voit la route comme dans nul autre véhicule. Plusieurs petites choses sont pourtant à améliorer, comme la pédale d'accélérateur qui pourrait être plus grande, la commande de frein à main à repositionner, l'intérieur à habiller et à éclairer (avec des LED !), mais globalement, l'auto est géniale, essentiellement du fait de son architecture.

Venturi AstrolabAvec un habitacle en tandem en position centrale, la surface frontale est hyper réduite, l'Astrolab peut se suffire d'une petite puissance. L'habitacle est aussi spacieux, on pourrait y loger de grands vide-poches de chaque côté, tandis qu'à l'arrière, derrière le passager, et en position idéale pour aider à la motricité de cette propulsion, il y a un bon espace pour loger des batteries. Les roues sont aux 4 coins, pas de porte-à-faux, et tout le poids est parfaitement positionné au centre de l'auto. On ne pourrait pas faire mieux. Les roues sont étroites pour offrir la plus faible résistance au roulement, mais les voies sont larges pour garantir une bonne stabilité, et le carénage diminue la trainée aérodynamique.

Venturi AstrolabLe plus fort est cependant dans la masse incroyable de l'auto. 280 kg tous pleins faits comme on dit, mais il n'y aucun plein à faire, et une batterie chargée fait la même masse qu'une batterie déchargée. On entre là dans les secrets de l'Astrolab, un recours total aux matières les plus abouties, comme la fibre de carbone, et aux technologies les plus sophistiquées avec des cellules photovoltaïques qui ont un rendement de 21 %. Seul défaut, leur prix. L'énergie récupérée en une journée moyenne de soleil permet à l'auto de parcourir 18 km. En théorie, ce ne serait pas compliqué de faire plus, il suffirait d'augmenter la surface des capteurs solaires. Par exemple en faisant la voiture un mètre plus longue. C'est faisable car l'auto ne fait que 3,80 m sur 1,84 m. Mais plus elle sera longue, plus elle sera lourde...

Venturi AstrolabIl faut faire des choix, sans négliger la difficulté formidable de l'homologation. L'automobile est aujourd'hui le produit le plus règlementé du marché. Les normes de sécurité occupent des centaines d'ingénieurs chez les grands constructeurs, et ils sont de sacrés casse-têtes pour les petits constructeurs innovants. Mais, j'échangerais 2 Venturi Fetish contre une Astrolab. Ce sont les idées qui gouvernent le monde, et quelle plus belle idée que celle de l'autonomie ? Pendant que certains discutent du comment défigurer nos villes en installant partout des bornes de recharge pour voitures électriques, la voiture qui se recharge sans borne, grâce au soleil, c'est mieux. La technologie de captation de l'énergie solaire sera probablement toujours insuffisamment performante pour motoriser seule une auto à vocation routière, mais... Tout le monde est d'accord pour dire que c'est une technologie d'avenir, et Venturi prouve avec cette Astrolab qu'elle est exploitable. C'est la meilleure chose qu'il pouvait faire. Qu'il continue, et qu'on donne à cette auto le succès qu'elle mérite. La Venturi Astrolab est une tête d'affiche incroyable, mais vraie !

Laurent J. Masson







Dernières actualités de l'écologie automobile :


28-02-2024 — Lucid Air, c'est la McLaren des électriques — Pour les esthètes.

27-02-2024 — MG3, une hybride qui va bousculer les autres citadines — Alerte sur les Clio et Yaris.

27-02-2024 — Renault 5 E-Tech, superstar dès son premier jour — Elle fait oublier son ancêtre !

26-02-2024 — Renault Scenic : voiture de l'année 2024 — C'était la journée Renault !

25-02-2024 — BYD Yangwang U9, des performances impressionnantes, mais... — La supercar électrique chinoise.

25-02-2024 — Les IM seront badgées MG, qui va devenir très important — Nos lecteurs l'avaient souhaité !

24-02-2024 — Ineos Fusilier, bientôt un 4x4 électrique européen — Prolongateur d'autonomie en option.

23-02-2024 — Stellantis : les petites voitures se vendent mieux que les grosses — Quelle surprise !

22-02-2024 — IM L6, une nouvelle super chinoise sera à Genève — Une cousine des MG.

22-02-2024 — Dacia Spring : opération séduction — Prête pour les beaux quartiers ?

21-02-2024 — Porsche Panamera E-Hybrid : plus loin, plus vite — C'est toujours pareil chez Porsche...

21-02-2024 — Cupra Born VZ : 325 ch pour l'espagnole électrique — Enfin, de la performance.



Nos derniers essais :


Essai détaillé Jeep Avenger électrique 156 ch
Essai détaillé Jeep Avenger électrique 156 ch
— Elle est trop belle, on la marie au premier regard.

Jeep ; voiture-electrique
Essai détaillé Citroen C5 Aircross hybride 136 ch
Essai détaillé Citroen C5 Aircross hybride 136 ch
— Un mild hybride qui est presqu'un full.

Citroen ; voiture-hybride
Dacia Jogger Hybride 140 ch - Essai détaillé
Dacia Jogger Hybride 140 ch - Essai détaillé
— Elle demande peu, elle donne beaucoup.

Dacia ; voiture-hybride
BYD Seal électrique AWD 530 ch - Prise en mains
BYD Seal électrique AWD 530 ch - Prise en mains
— La Tesla Model 3 battue, et pas qu'elle.

BYD ; voiture-electrique
Opel Corsa 156 ch - Prise en mains
Opel Corsa 156 ch - Prise en mains
— Petite voiture, mais gros arguments.

Opel ; voiture-electrique
Nissan Ariya 87 kWh - Essai détaillé
Nissan Ariya 87 kWh - Essai détaillé
— Une vraie japonaise, avec une grande autonomie.

Nissan ; voiture-electrique
Volkswagen ID. Buzz - Essai détaillé
Volkswagen ID. Buzz - Essai détaillé
— Unique : un minivan charismatique.

Volkswagen ; voiture-electrique
BMW iX1 xDrive 30 - Essai détaillé
BMW iX1 xDrive 30 - Essai détaillé
— Pour un quotidien chic.

BMW ; voiture-electrique
Opel Mokka-e - Essai détaillé
Opel Mokka-e - Essai détaillé
— De la douceur sous un style ravageur

Opel ; voiture-electrique