Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Les mystères de l'Espace

Jeu 09/10/2014   —   La Renault qu'on n'attendait plus et qu'on attendra encore.
Renault EspaceRenault EspaceIl n'y avait qu'une seule nouveauté française au salon de l'auto. L'Espace. Un véhicule qu'on connait bien, puisque la précedente génération avait déjà été présenté à ce même salon, il y a 12 ans ! On pensait que Renault avait abandonné le concept, et en voyant le nouveau modèle, on constate que c'est effectivement ce qu'il a fait. Le nouvel Espace existera toujours avec une ou deux rangées de sièges arrières, mais ce n'est plus un monospace. Cette nouveauté est d'ailleurs très difficile à définir. Proche du Ford S-MAX, il a des motorisations bien moins ambitieuses. Le Ford aura jusqu'à 240 ch sous son capot, quand le Renault n'aura que des 1600, de 130 ou 160 ch en diesel, et de 200 ch en essence. On ne critiquera pas le downsizing, sinon pour dire qu'il n'est pas apprécié partout.

En se limitant à ces motorisations, Renault limitera aussi les pays de distribution. Tout aussi étonnant, il n'y aura pas de version conduite à droite de l'Espace. C'est dire qu'en partant comme cela, Renault est condamné à vendre moins d'exemplaires de son Espace que Ford de son S-MAX, qui aura un concurrent de moins au Royaume-Uni. Plus surprenant, s'agissant d'un véhicule dont la commercialisation est proche, le dossier de presse du constructeur ne donne encore aucune indication de performance ou de consommation. On y lit simplement que ce nouvel opus accuse 250 kg de moins que l'ancien sur la balance. Bravo, mais il n'y a pas d'autre chiffre. Considérant que le style est figé de longue date, on se souvient du concept du salon de Francfort en 2013, on s'étonne de ce manque de précisions.

Enfin dernière nouvelle, le site autoactu nous apprend que le lancement commercial du nouvel Espace est décalé de 6 mois, afin de corriger pas moins de 100 défauts. Comment se fait-il qu'ils n'aient pas été vus plus tôt ? On avait naguère beaucoup pardonné à l'Espace, comme à l'Avantime, parce que c'étaient des autos innovantes. Les clients seront plus difficiles avec cet Espace-ci, les journalistes probablement aussi, mais on veut bien croire que Renault prend le temps de faire les choses bien.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Renault ; essence-diesel