Profiter de tout
MoteurNature






MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.
15 ans d'expériences pour vous informer.

Kia Niro - Essai détaillé - Un crossover hybride efficace

Kia Niro hybride
Ses points forts

Bonne habitabilité
Vraie full hybride
Vraie boite de vitesses
Consommation très modérée
Mises à jour gratuites du GPS
Garantie 7 ans
Ses points faibles

Consommation en mode manuel
Voiture placide
Affichage du fonctionnement du système hybride
Lisibilité de l'indicateur de puissance

Historique et présentation

Kia Niro hybrideEssai réalisé les 12 et 13 avril 2018.

Si on regarde les voitures hybrides abordables, il y a d'abord eu la Prius, puis la Honda Insight, puis la Hyundai Ioniq, des voitures qui se ressemblaient toutes beaucoup. Kia a alors eu l'idée de faire quelque chose de différent : un SUV. Ou plutôt un crossover, parce que le Niro n'a aucune aspiration à sortir des routes goudronnées, mais il a malgré tout un look unique. Sans l'aspect vaisseau spatial de la dernière Prius, l'agressivité d'une Kia Sportage, ou l'utilitarisme sexy d'une Kia Soul, le design de la Niro est moderne et plaisant.

Kia Niro hybrideDévoilé avec une motorisation full-hybride non rechargeable, le Niro est depuis peu également livrable dans une version rechargeable, et il sera aussi livrable à la fin de l'année dans une version tout électrique. Mais parce que c'est la version la moins chère, la plus polyvalente et la plus simple d'utilisation (pas besoin de brancher !), c'est la version hybride classique que nous avons choisi d'essayer. C'est aussi avec beaucoup de logique la Niro la plus vendue.

La technologie

Kia Niro hybrideKia Niro hybrideLà, pas de surprise, nous sommes en terrain connu. Nous avions déjà essayé la Hyundai Ioniq, cette Kia en reprend le groupe propulseur sans aucune modification. On trouve donc un 1600 essence de 105 ch, associé à un électrique de 43 ch, les deux étant derrière une boite à double embrayage et 6 rapports. C'est la grande différence avec les hybrides Toyota, une seconde étant le choix d'une batterie lithium-ion polymère, la dernière technologie, dont le principal atout est une meilleure densité massique par rapport au NiMh des Toyota. Elle pèse 33 kg pour une capacité de 1,56 kWh. Certains disent que cette technologie est moins fiable que celle de Toyota, mais les Kia sont garanties 7 ans, et on soulignera aussi le choix pour le moteur essence d'une distribution par chaine, et non par courroie. On peut donc se montrer confiant.

Intérieur et équipement

Kia Niro hybrideKia Niro hybrideAu dehors déjà, il n'y a rien pour indiquer que la Niro est hybride, elle a l'aspect d'un crossover familial classique, et à bord de même, tout est conventionnel. Y compris le levier de vitesses ! Ceux qui ne se sont jamais habitués au bitougnot de la Prius apprécieront. L'habitabilité est excellente, avec, merci la carrosserie bien cubique, une garde au toit remarquable pour les passagers arrières. Le coffre aussi est très valable (436 litres de capacité), quoique moins grand que celui d'une Prius. La Niro reste cependant très envisageable pour un taxi. Et l'illustration ci-dessous (saisie en Finlande) prouve que nous ne sommes pas les seuls à le penser. Il est facile de monter à bord, et les formes du coffres sont bien carrées.
Kia Niro hybride taxi à HelsinkiKia Niro hybrideAvec les dossiers des sièges arrières qui se replient à plat, on peine même à deviner que la voiture est hybride. Il n'y a que sur la version rechargeable que le volume est réduit, et qu'on se dit qu'il a fallu prendre de la place pour loger quelque chose. La Niro est vendue avec 4 niveaux de finition, et on regrettera que le dispositif de surveillance des angles morts ne soit disponible que sur le niveau le plus haut, mais on appréciera immensément que les mises à jour du système de navigation soient gratuites pendant 7 ans. Comme sur un smartphone donc, alors que c'est payant (et cher !) chez les autres constructeurs. Une critique pour le tableau de bord cependant, où l'indicateur de puissance est un arc de cercle de seulement 130°. Pourquoi pas 300° comme sur un compte-tours ?.


Performances et tenue de route

Kia Niro hybrideLa première chose à remarquer au volant est qu'il n'y a presque rien à remarquer au niveau de la position de conduite. Quand on monte dans un SUV, un Peugeot 3008 ou un Nissan Qashqai, on sent tout de suite qu'on est assis plus haut que dans une berline. Cette différence est faible dans la Niro. Seconde remarque, un sentiment de grande mollesse. La course de l'accélérateur est longue, et la boite monte très vite les rapports supérieurs. On se retrouve en sixième avant d'avoir atteint les 50 km/h, et on n'y arrive pas très vite. Mais il y a un truc, heureusement. Il suffit d'appuyer fort. Il faut vraiment enfoncer l'accélérateur franchement si on veut que cela avance bien, et les sensations ressemblent alors à celles d'une vieille Prius. La boite est rapide, elle rétrograde d'un coup de plusieurs rapports, et le moteur grimpe à un régime très élevé.

Kia Niro hybrideNotre essai s'étant déroulé dans les Alpes Maritimes, les petites routes à l'Ouest de Vence nous ont fourni un terrain particulièrement effectif pour mettre en valeur les qualités dynamiques d'une auto. Ecrivons franchement que la Niro n'y a pas brillé. Cette voiture n'est pas une sportive. La caisse reste droite pourtant, elle ne penche pas dans les virages, mais l'auto gagnerait assurément à avoir des débattements de suspension plus importants. Les limites sont vite atteintes. Une Prius IV a un bien meilleur comportement routier. La Niro a cependant un atout que la Prius n'a pas : une vraie boite de vitesses.
Kia Niro hybrideKia Niro hybrideOn sait que les hybrides Toyota ne valent pas grand chose en montagne. Leur transmission ne sait vite plus quoi faire. La Kia ne fait pas mieux. La gestion électronique de la boite n'est prévue que pour une conduite placide en favorisant l'économie de carburant. Donc en montant très vite les rapports. Mais là où la Kia bat les hybrides Toyota, est dans sa possibilité de bloquer les rapports intermédiaires. On peut en effet se mettre en mode manuel, et on se retrouve alors avec une boite à double embrayage avec 6 rapports comme sur une VW avec une DSG. Cela change tout ! Je serais resté sur la petite route en seconde ou en troisième, et ma consommation n'avait plus rien d'économique, mais j'aurais roulé plus rapidement, et avec bien plus de sécurité que si j'avais eu une transmission à variation continue. Cette technologie gardant tout de même l'avantage pour le confort d'utilisation, avec une totale absence d'à-coups, et de vibrations, que la Niro ne sait éliminer complètement. Enfin, une remarque subjective, il nous a semblé que la Niro était moins souvent en mode tout électrique qu'une hybride Toyota, mais nous n'avons aucune donnée pour conforter, ou contredire, ce sentiment.

Consommation, efficacité énergétique

Kia Niro hybrideLa moyenne de notre essai, globalement plutôt lent, puisque sous la pluie, et sur des petites routes ou en ville, fut de 4,4 l/100 km. Relevée à l'ordinateur de bord. Une très bonne valeur qui prouve une fois de plus que pour réduire la consommation, la technologie hybride, full-hybride, est la meilleure. Elle est même sans concurrence, parce qu'elle a l'immense avantage de ne demander aucune contrepartie. La Niro se conduit comme n'importe quelle voiture automatique. La facilité d'usage est maximale, et l'automobiliste n'a qu'à profiter de l'économie à chaque fois qu'il fait le plein. Avec un réservoir de 45 litres, l'autonomie parait juste suffisante cependant. Les gros rouleurs continueront à préférer les quelques diesels qui offrent des réservoirs de 60 litres ou plus.

Conclusion

Kia Niro hybrideIl n'y a aucun doute, la Niro est convaincante. Mais plus que sa propulsion, c'est par sa définition que l'auto séduit le plus. Son style de crossover met le modèle à la mode, et cette carrosserie se révèle aussi très pratique à l'usage. Avec une finition de bonne tenue, et un bon rapport prix/équipement, la Kia Niro a de solides atouts à mettre en avant, en sus de sa propulsion hybride, garante d'une consommation toujours très mesurée. C'est l'hybride invisible, puisque l'auto n'a rien du style si particulier d'une Prius, ni rien au dehors pour indiquer qu'elle est hybride (hormis un petit badge sur le hayon), mais pourtant efficace.


Laurent J. Masson

NB : les illustrations de nos essais sont habituellement les nôtres, mais la météo était très difficile les jours de notre essai. On voit alors sur cette page des photographies du constructeur (voiture bleue), quand la voiture de notre essai était la rouge.


Dernières actualités de l'écologie automobile :


28-05-2018 — Une Nissan Leaf Targa pour fêter son succès au Japon — Initiative sympathique.

27-05-2018 — Hydrogène : Toyota passe la vitesse supérieure — Du volume !

26-05-2018 — Citroën C5 Aircross : parce que les clients le demandent — Le meilleur de PSA ?

25-05-2018 — Volvo : bête mais discipliné — Bon soldat, mais mauvais commandant ?

24-05-2018 — Hambourg : les diesels non Euro 6 interdits — 100 % la faute à Volkswagen.

23-05-2018 — Voiture électrique : objectif 600 000 autos et 100 000 bornes — On attend les détails.

21-05-2018 — Tesla Model 3 Performance Dual : premières infos — Mieux qu'une M3 ?

20-05-2018 — Changement d'époque : un 4 cylindres dans le Chevrolet Silverado — Une révolution !

19-05-2018 — Mercedes va fabriquer des électriques en France — Bravo et merci !

18-05-2018 — Oui, la Tesla Model 3 est une bonne voiture — Un avis européen de valeur.

17-05-2018 — Les chinois sauveront-ils le salon de l'auto de Paris ? — Est-ce souhaitable ?

16-05-2018 — Comment acheter la vignette Crit'Air allemande à moindre coût — Conseils pratiques.

15-05-2018 — Une Porsche essence pourrait avoir triché aux émissions — Erreur grossière.

13-05-2018 — Partenariat public/privé pour les batteries solides au Japon — Mieux que la France.

Rechercher sur ce site

Recherche personnalisée