Profiter de tout
MoteurNature






MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.
15 ans d'expériences pour vous informer.

Renault Zoé électrique - Essai détaillé

Renault Zoé
Ses points forts

Design et présentation
Performances convaincantes
Autonomie satisfaisante
Technologie innovante
Le meilleur chargeur de toute l'industrie
Enorme puissance de regénération
Très bas prix avec le bonus
Volume du coffre
Ses points faibles

Pas d'indication de l'état de charge batterie
Instrumentation minimaliste
Assistance de direction parfois inconsistante
Batterie uniquement disponible à la location
Tablette R-link livrée en série
Chauffage peu puissant

Historique et présentation

Renault ZoéVu que le Kangoo et la Fluence Z.E. sont des voitures thermiques converties sur le tard à la propulsion électrique, et que le Twizy n'est pas une vraie voiture, la Zoé est la première vraie Renault électrique. Une auto originale, conçue dés le départ pour l'électricité, et uniquement l'électricité. On admettra pourtant que la Zoé reprend quelques éléments de ses cousines, comme le train avant de la Clio, ou les bras inférieurs de suspension à la Megane. Mais la meilleure preuve de l'originalité de la Zoé, nous l'avons vu dans les réactions des passants. Etait-ce la nouveauté de son design avec ses chromes joliment bleuis ? Le silence de son fonctionnement ? Nos plaques françaises alors que nous roulions au Portugal ? Les Clio et Megane que nous avons croisé, circulaient anonymement, mais on s'est retourné sur notre passage en Zoé !

Renault ZoéAvec des dimensions idéales pour la ville (4,08 m de longueur), la Zoé est homologuée en 5 places. Mais de par les batteries logées dans le plancher, celui-ci est plus haut que normal, et cela se paie au niveau de la garde au toit à l'arrière. Les plus de 1,80 m n'y seront pas à l'aise. On saluera par contre l'excellence du coffre, puisqu'avec un volume de 338 litres, il se révèle plus grand que celui d'une Clio. La prise de charge se cache derrière le gros losange de la face avant, tandis que le câble se range dans un sac dans le coffre. Le tour du propriétaire est donc positif, et la Zoé a le potentiel d'être la première voiture électrique à rencontrer le succès commercial en Europe. Renault a d'ailleurs vu grand. S'il ne révèle aucun objectif de vente, il s'est doté d'une capacité de production annuelle de 150 000 voitures, et la Zoé sera lancée en 2013 dans 11 pays d'Europe.


La technologie

Renault ZoéLes ingénieurs ont choisi un moteur électrique synchrone à rotor bobiné, il délivre la puissance de 65 kW (88 ch) avec un couple de 220 Nm. Derrière, il n'y a qu'un réducteur, donc une seule vitesse, et la Zoé est évidemment une traction avant. La batterie de 290 kg est logée sous l'habitacle, un peu vers l'arrière, mais pas autant que l'idéal l'aurait voulu, puisque la répartition des masses met 59 % sur le train avant. Dans cette auto de 1468 kg, il y a 871 kg sur les roues avants, et c'est vraiment beaucoup. Le pack de la batterie qui comprend 12 modules de 16 cellules, est réalisé en France, mais les cellules sont importées de Corée du Sud. Leur fabricant n'est autre que LG Chem, le leader mondial. On notera que la capacité annoncée de 22 kWh est la capacité utile, et que Renault refuse de dévoiler la capacité réelle de son pack. L'information est selon lui à la limite du secret industriel.

Renault Zoé En amont, c'est pour charger sa batterie que la Zoé affirme sa supériorité sur toutes les autres électriques du marché, avec son fameux chargeur Caméléon. Par rapport à une Nissan Leaf qui a besoin de 2 chargeurs (un chargeur embarqué pour la recharge lente et un chargeur externe pour la recharge rapide), ou même une Tesla modèle S qui fait fonctionner 10 chargeurs externes simultanément, la Zoé a un chargeur embarqué unique, qui fait aussi bien la recharge lente que rapide, de 3 à 43 kW. Nous avons essayé le 43 kW, et avons vu de nos yeux le compteur grimper de 39 à 41 % de charge en une minute et demie. L'appareil est donné pour atteindre les 80 % en 30 minutes, mais comme sur toutes les batteries, la fin de charge est très lente. Il faut plus de 30 minutes pour obtenir les 20 % restants. C'est la première fois qu'une voiture électrique est livrée avec un chargeur aussi puissant, mais il y a un truc, il est dans le fait que le chargeur et le moteur (de propulsion) ne font qu'un. Le moteur servant aussi pour la regénération d'énergie au freinage, la limite de 43 kW est la même, et la capacité regénérative de la Zoé est donc supérieure à celle d'une Tesla roadster. Bravo Renault ! Dans notre essai, nous avons ainsi récupéré environ un quart de l'énergie, qui dit mieux ?

Intérieur et équipement

Renault ZoéA bord de la Zoé, le pire côtoie le meilleur, et le meilleur est clairement le design, et notamment l'harmonie des couleurs. On peut choisir une planche de bord blanche, des sièges bleus, c'est frais et joyeux. Quand 30 minutes en Logan donnent envie de se jeter dans un ravin pour oublier tout ce gris, un tour en Zoé est une bonne thérapie. C'est du côté de l'instrumentation que cela se gâte, puisque Renault a choisi le minimalisme, avec des informations qu'on peut afficher l'une à la place de l'autre, et non pas l'une à côté de l'autre. C'est ainsi qu'il n'est pas possible d'afficher en même temps, la température extérieure, la montre et le compteur kilométrique. Plus grave, très grave même, il n'est pas possible de connaitre l'état de charge de la batterie en roulant. Ce n'est franchement pas malin, mais quand on met le contact, il s'affiche la donnée précise en %, par exemple 70 %, mais cela ne reste que 2 secondes à l'écran, et c'est remplacé par la représentation imprécise d'une petite pile, avec l'autonomie en km calculée d'après la consommation énergétique des 30 derniers kms. Si le conducteur vient de faire de la ville à petite vitesse (faible consommation d'énergie), et qu'il va prendre l'autoroute (forte consommation d'énergie), l'indication d'autonomie que lui aura donné le tableau de bord sera complètement fausse.


Renault ZoéOn critiquera aussi l'absence d'une information exacte d'indication de puissance. On a un compte-tours sur une voiture essence, et il y a quelque chose sur la Zoé, mais c'est trop stylisé. On nous a expliqué que les designers s'étaient inspiré des pales d'une éolienne. C'est joli, mais ce n'est pas lisible. S'il y avait un ampèremètre mesurant le courant de sortie de batterie, ce serait clair. La Zoé fait pourtant bien côté gadgets, avec un diffuseur de parfum d'ambiance (enfin, on a essayé, mais on n'a rien senti), le bloutouffe, et la tablette R-link, mais on comprend mal le choix de Renault d'imposer cet équipement, qui devrait plutôt être une option. On peut télécharger des applis, des jeux même, et c'est sans doute bien pour les jeunes, mais l'utilité de la R-link sera moins évidente pour la clientèle âgée, pendant qu'on s'inquiète pour la sécurité. Quand on dit que l'usage du téléphone au volant, on ne va pas améliorer les choses en mettant un smartphone au tableau de bord. Mettre le R-link en option serait d'autant plus facile que Renault a eu la sagesse de ne pas faire passer les commandes de climatisation (automatique) par son intermédiaire.

Performances et tenue de route

Renault ZoéLes verrouillages de sélection du levier de vitesses ne sont pas assez précis. Il faudrait un clac plus fort ou un levier en escalier. Quittant la marche avant, il nous est arrivé deux fois de nous retrouver en P alors que nous voulions être en R. La regénération d'énergie au freinage n'est pas réglable, et il n'y a pas non plus de mode montagne ou sportif, juste un mode Eco dont le principal effet perceptible est de durcir la commande d'accélérateur. Autant rester en mode normal, et la Zoé se conduit d'ailleurs très normalement. C'est après une demie journée de roulage qu'on nous a dit qu'il y avait beaucoup de poids sur les roues avants, mais nous ne l'avions pas remarqué. La Zoé est vive au démarrage grâce au couple immédiat du moteur électrique, mais cela se calme après. De 110 à 130 km/h, les reprises ne valent plus grand chose. Mais bien qu'elle soit bridée à 135 km/h, la Zoé maintient la vitesse de 130 km/h sans forcer. On n'a nullement l'impression d'être proche de sa limite. Le comportement routier ensuite est une bonne surprise. La suspension a été réglée assez ferme, nettement plus qu'une Clio, et les transferts de masse sont bien maitrisés. Cette relative fermeté se paye parfois par une certaine sécheresse pour absorber les pids de poule, mais sans que ce soit jamais gênant.

Renault ZoéLa question de l'assistance de direction est plus problématique. Toutes les voitures adoptent des assistances électriques de nos jours, et la Zoé n'a pas le choix, mais s'il est vrai que cela consomme moins d'énergie, on regrettera longtemps les vieilles assistances hydrauliques, qui étaient beaucoup plus régulières et qui faisaient remonter des informations au conducteur. Si la Zoé est formidable en usage courant, elle ne sera pas à son aise en usage sportif, surtout que l'ESP se déclenche vite. Il faut prendre la Zoé comme une voiture normale, conduire normalement, et c'est comme cela qu'on l'appréciera le plus. La Zoé est même si agréable, que pour rouler à l'américaine, puisqu'il n'y a pas de vitesses, nous aurions apprécié un accoudoir central. Les pneumatiques sont des Michelin exclusifs, avec une résistance au roulement inférieure à tous les autres pneus du marché, et nous ne leur avons trouvé aucune contrepartie fâcheuse (manque d'adhérence ou bruit de roulement).

Renault Zoé
Renault ZoéLe freinage est tout aussi étonnant, parce qu'il masque presque toujours sa complexité de fonctionnement. Mélangeant habilement un freinage hydraulique classique et les très puissantes capacités de regénération du moteur électrique (43 kW), on nous en a expliqué le fonctionnement, qui est le suivant. En admettant un freinage régulier qui serait découpé en 10 tranches, la première et la dernière seraient effectuées par le freinage hydraulique, tandis que les phases 1 à 9 seraient l'effet du freinage regénératif. Mais au volant, la plupart du temps, on ne se rend compte de rien. C'est seulement à la suite de plusieurs freinages que le système peut réagir de manière étrange. On évitera donc de rouler avec le pied sur la pédale de frein. On freine carrément, ou on ne freine pas. Mais il reste que Renault a fait un choix surprenant pour une électrique : il n'y a quasiment aucun frein moteur. La décélération au lever de l'accélérateur est significativement plus faible que sur un Kangoo ou une Fluence ZE. C'est un choix contraire à tous les autres constructeurs, mais on suppose que Renault a pu se le permettre du fait de l'excellence de son système de regénération quand il est actionné par la pédale de frein.

Renault ZoéEnfin, même si la météo était clémente lors de notre essai, nous avons essayé le chauffage, avec d'autant plus d'intérêt qu'il s'agit d'une première mondiale : le premier chauffage sur une automobile de série fonctionnant grâce à une pompe à chaleur. Cette technologie est réputée peu gourmande en énergie, ce que nous croyons sans peine, mais l'efficacité est limitée. Même sur le réglage maximal, l'air qui sort des aérateurs n'est pas très chaud. Il faudra du temps pour réchauffer l'habitacle en hiver, et nous ne serions pas surpris que Renault doive développer un système supplémentaire pour les pays froids. A défaut, on programmera le chauffage de l'habitacle pendant que la voiture est en charge.

Consommation, efficacité énergétique

Renault ZoéC'est bien sûr là que tout le monde attend la Zoé, et on peut écrire franchement que personne ne sera déçu. Bien sûr, on oubliera de suite les 210 km théoriques dans le test NEDC, mais on peut tabler sur 130/150 km en usage normal, et c'est plus que bien. L'ordinateur de bord nous a indiqué une consommation variant de 14 à 17 kWh/100 km, en roulant tout le temps avec l'air conditionné, et sans prendre de précaution particulière (au contraire...). La batterie de 22 kWh donne donc une belle latitude, et l'autonomie de la Zoé dans nos tests est supérieure de plus de 20 % à celle d'une Nissan Leaf. La consommation de la Zoé est plus proche des Mitsubishi, Citroën, Peugeot, mais ses prestations (dans absolument tous les domaines) sont considérablement supérieures.

La recharge des batteries

Renault ZoéMerci Renault ! Merci, merci, parce que Renault nous donne enfin l'occasion d'écrire que les voitures électriques qui se rechargent sur une prise domestique sont minables. C'est comme vouloir aller en Sibérie en chemise. Il faut prendre un manteau. La Renault Zoé pourrait se recharger en quelques 10 heures sur une prise domestique, mais Renault propose une wallbox 230V 16A à 490 € qui réduit cette opération à 8 heures. C'est encore minable. Le client sérieux prendra la wallbox 230V 32A à 790 € qui réduira le temps de charge à 4 heures. Il y aussi la wallbox triphasé 11 kW qui recharge en à peine 2 heures, mais il faut là prévoir plus de 1000 €, et un abonnement un peu plus cher pour le triphasé. Mais il faut profiter que Renault n'ait pas fait les choses à moitié : le câble livré gratuitement avec l'auto accepte jusqu'au 22 kW. C'est une première qu'un câble aussi fort soit livré sans supplément.

Renault ZoéRenault est le premier à proposer une voiture électrique de grande série sans moyen de branchement sur une prise standard (même en option), mais il faut comprendre qu'elles seront bientôt toutes comme cela. La capacité des batteries ne fera qu'augmenter, et plus il y aura d'énergie embarquée dans les voitures, plus il faudra des moyens puissants pour faire passer cette énergie entre le réseau et l'auto. Une voiture électrique n'est pas un rasoir ! Le câble pour se brancher sur une prise domestique n'est pas autre chose que l'équivalent de la manivelle sur les voitures essence d'il y a 100 ans.

Conclusion

En prenant le tarif heures pleines d'EDF de 0,1312 € le kWh TTC, une consommation moyenne de 17 kWh/100 km, et un kilométrage annuel de 12000 km, on arrive à un budget énergie de 268 € à la fin de l'année. En ajoutant la location de la batterie, contrat de 36 mois à 79 €, le budget énergie annuel total est de 1216 €. A la station la plus proche du domicile de ce journaliste, c'est le prix de 832 litres de gazole. Il existe des voitures capables de rouler 12000 km avec cette quantité de carburant (moyenne de 6,9 l/100 km), mais la Zoé a pour elle son silence, sa douceur, ses frais d'entretien réduits, et sa totale absence de toute émission polluante lors de son usage. On signalera aussi une offre de LLD (le client ne peut pas acheter l'auto à la fin du contrat), un contrat de 49 mois avec un kilométrage maximal autorisé de 40000 km, 8990 € moins les 7000 € du bonus le premier mois, suivis par 48 mensualités de 249 €. C'est pour une Zoé Life, location de batterie incluse.

Renault Zoé
Les 2 offres méritent l'intérêt, mais on affirmera haut et fort que le choix d'une Renault Zoé ne doit pas se limiter à l'avantage financier. Parce que cet avantage n'est peut-être pas durable. Il existe 3 finitions sur la Renault Zoé. La Life, l'Intens et la Zen. De 13700 à 15500 € pour le client, mais il faut y ajouter les 7000 € du bonus de l'état français, et la location des batteries ad vitam æternam (de 79 à 162 € chaque mois). S'il fallait payer le tarif réel, sans le bonus et avec les batteries, la Zoé serait dans les 30 000 €. Les vaut-elle ? Nous pensons que oui, parce que sa technologie, et principalement son chargeur, est au top de la technologie. La Zoé a plus d'autonomie qu'une Nissan Leaf ! Pour un couple suisse ou belge avec des petits enfants qui fait tous ses déplacements lointains en avion, ou qui s'aventure rarement à plus de 60 km de son domicile, la Zoé est un choix intelligent. Et pour les français qui recevront un gros bonus de 7000 €, la Zoé est une affaire.

Laurent J. Masson

ADDENDUM - La Zoé essayée dans cet article a été renommée Q210, et Renault a développé un second modèle, la Zoé R240.



Dernières actualités de l'écologie automobile :


19-06-2018 — Renault Z.E. est ouvert à Berlin — Un magasin bien branché.

18-06-2018 — Toyota au Mans, la victoire de la persévérance — Une juste récompense.

18-06-2018 — Autolib : les parisiens paieront la mauvaise gestion d'Anne Hidalgo — Qui d'autre ?

17-06-2018 — BMW série 8, avec un diesel pour se vendre mieux que l'i8 — Retour à la tradition.

16-06-2018 — Une Renault électrique avec 600 km d'autonomie en 2022 — Des progrès inattendus.

15-06-2018 — Opel en charge d'un développement moteur chez PSA — 4 cylindres essence.

15-06-2018 — Renault va investir un milliard dans son outil de production d'électriques — En France.

15-06-2018 — La Hyundai Kona EV 64 kWh à 42500 € en Allemagne — 482 km d'autonomie.

14-06-2018 — Sous la menace, Tesla doit licencier plus de 3000 personnes — En voie de normalisation ?

14-06-2018 — Byton K-Byte Concept, déjà un second modèle — Avant l'usine.

12-06-2018 — Dieselgate : Mercedes doit rappeler 774 000 diesel — Mieux que Volkswagen.

12-06-2018 — Le Kia Soul bientôt uniquement électrique — Les amateurs d'essence doivent se dépêcher.

11-06-2018 — Plus de 10 000 superchargeurs Tesla — Que fait la concurrence ?

11-06-2018 — Quand les écologistes sont en accord avec la FNSEA — Tous contre l'huile de palme.

Rechercher sur ce site

Recherche personnalisée